Le cœur froid

Making-of
Biographies Séances Dossier de presse Contact

Synopsis

Un charbonnier, pauvre et sans succès amoureux, donne son cœur à un démon de la forêt afin de faire basculer son statut social. Les retombées de son pacte ne tardent pas à se faire ressentir… Tourné au début des années 1930 et retrouvé en 2016, « Le cœur froid » fascine pour de multiples raisons. Cette bobine muette pleine de charme met en scène le célèbre réalisateur suisse Franz Schnyder dans l’un de ses uniques rôles devant la caméra. Un pur trésor des archives.

Texte : NIFFF 2016

Informations sur la production

Ce film a été tourné dans les années 1931-1933. Le jeune pianiste Karl Ulrich Schnabel a réalisé ce film de ses propres et modestes moyens et avec le soutien d’amis et de connaissances. En raison de l’évolution politique à Berlin, le film n’a pas pu être terminé. De longs passages ayant été censurés, les bobines ont été cachées et l’œuvre est restée inachevée, jusqu’à ce que, en 2009, Raff Fluri découvre le film lors de recherches sur l’acteur principal Franz Schnyder.
En 2016 – 83 ans plus tard – l’œuvre peut en fin être achevée et la création mondiale célébrée lors du NIFFF, le Neuchâtel International Film Festival.
La présente version, restaurée, se fonde sur l’unique bobine existante en 16 mm. Elle est aussi fidèle que possible à l’original, se basant sur les notes du réalisateur et incluant des scènes coupées. Les images ont été restaurées numériquement, certains intertitres ont été complétés.

Moravian_Philharmonic

L’orchestre Robert Israel Europe enregistre la bande sonore (Image: Raff Fluri).

Les notes du réalisateur ne donnaient aucune indication sur la bande son. Le compositeur Robert Israel, connaisseur des œuvres musicales de Schnabel, a composé la musique du film s’inspirant de ses connaissances et après avoir mené des recherches approfondies.

Traduction : Anne Woelfli-Keller et Marina Kaempf

Making-of

Le film est bien en avance sur son temps. Son achèvement 80 ans plus tard procure au spectateur une sensation unique: un mélange d’effets spéciaux, de compensations visuelles pour parer à un langage non existant, de manières novatrices de raconter et une façon inattendue de diriger la caméra. Étant donné que le film n’était pas produit par un grand studio, le metteur en scène et auteur pouvait librement donner cours à sa fantaisie et sa volonté d’expérimenter. Il en résulte un film dont les limites sont uniquement données par les possibilités techniques et financières de l’époque. K. U. Schnabel met tout en œuvre pour outrepasser ces limites.
Hormis les prises de vue pendant le grand voyage de Peter en Suisse, en Italie et en Angleterre, le film a été tourné pour la plupart dans les environs de Berlin, entre autres à
Neu Babelsberg. Des personnalités connues des Studios UFA situés à proximité, telle la comédienne Ilka Grüning qui avait formé Franz Schnyder et Stefan Schnabel, ainsi que le célèbre cameraman Fritz Arno Wagner, visitèrent le plateau.

Biographies

Karl Ulrich Schnabel

Karl Ulrich Schnabel (1909-2001), pianiste et pédagogue de renommée internationale. Dès 1924 il enseigne aux élèves de son père Artur. En 1933 il emigre en Italie, puis aux USA. Il fonde avec son épouse Helen, pianiste, le Duo Schnabel. Il enregistre de nombreux disques en Duo et Solo.

Franz Schnyder

Franz Schnyder (1910-1993) Lors du tournage il est engagé comme comédien en Allemagne. «Gilberte de Courgenay» (1941) fut son premier film de metteur en scène. Il est avant tout célèbre pour ses films d’après Gotthelf et «Heidi et Pierre», premier film Suisse en couleur. Schnyder compte parmi les cinéastes Suisses les plus connus.

Elfriede Gärtner

Elfriede Gärtner (1905-1984) est au début des années 30 membre de la troupe du Landestheater de Braunschweig. Pendant le tournage du «Cœur froid» elle joue pour une autre société cinématographique, dont on ne connaît pas de détails. En 1933/34 elle est engagée à Altenburg, 1934/35 à Dantzig et 1935/36 au Landestheater Meiningen.

Stefan Schnabel

Stefan Schnabel (1912-1999) frère de Karl Ulrich, joue à Londres au Old Vic Theâtre. Émigre en 1937 aux USA où il se produit entre autres à NY et LA. Rôles à la télévision et dans des pièces radio- phoniques ainsi que, en 1938, dans la pièce radiophonique «La Guerre des mondes» de Orson Welles, qui l’intro- duit à Hollywood.

Séances actuelles

  • A ce moment, il n’y a pas des séances avec des sous-titres français.

Tous les autres séances

Presse

Tous les autres articles

Advertisements